Le motif en écailles, un grand classique en peinture sur porcelaine, ce motif date du 18ème siècle, quand de nombreux peintres des manufactures européennes s'inspiraient de la porcelaine asiatique. Il fallait que j'essaie, et j'ai écaillé, encore et encore...

et voilà le résultat:

les huit assiettes à dessert:

le plat à gâteaux:

qui reprend les couleurs des assiettes

Un peu de technique: C'est en voyant une magnifique tasse et sa soucoupe sur le dictionnaire de Véronique Rigaud que je me suis décidée,

je cite Véronique: "Le motif en écailles est un des motifs de bordure classique. Typique des manufactures européennes, il demande beaucoup de rigueur et de patience car c'est la régularité parfaite du travail qui lui donne son élégance."

Bien sûr je n'ai pas la prétention d'un travail parfait! rigueur et patience, certes, mais en ce qui me concerne surtout des nerfs d'acier. Pour qui connait cette technique, j'ai tracé mes écailles directement, à main levée, sans aucun repère, sans avoir tracé aucune ligne auparavant, et une seule écaille ratée, et il faut recommencer tout le travail, effacer, repeindre la surface... c'est en arrivant vers la fin du motif que j'étais le moins assurée. Jusque là çà va, jusque là çà va, il ne s'agit pas d'en rater une maintenant, plus qu'une rangée...et c'est là que l'angoisse monte, que la main est moins sûre, et qu'on rate.

Eh bien non, je n'ai eu à recommencer qu'une assiette et encore parce que je l'ai peinte environ un mois après la première, et que j'ai eu du mal à retrouver la même taille des écailles, c'était à vue d'oeil.

J'ai essayé d'actualiser ce motif en choisissant un support contemporain, des couleurs plus vives et en les finissant d'une bordure en couleur, celle-ci étant souvent en or.

Pour une toute première fois que "j'écaille", je ne suis pas mécontente, mais je crois que je ne suis pas prête de recommencer...